contact

 

 

 

qui sommes nous

 

 

Etudes techniques et financiéres des projets avicoles

 

 

INCUBATION et COUVAISON

-1- Historique

Les débuts de l’incubation artificielle remontent à environ 4000 ans avant notre ère. Les Egyptiens et les Chinois furent les premiers à la pratiquer. Ce n’est qu’au début du 20ème siècle que les premières couveuses firent leur apparition aux Etats Unis. Au Maroc, les premiers incubateurs sont apparus en 1970 pour la production de poussin type chair et en 1981 pour les couvoirs de production de poussin type pont. Actuellement le Maroc compte 45 couvoirs (40 type chair et 5 type ponte).

I-2- Définition de l’incubation

L’incubation appelée aussi couvée est l’acte d’amener les œufs à l’éclosion. Elle peut être naturelle (couvaison) ou artificielle. Chez certaines espèces, on ne peut pas pratiquer l’incubation artificielle ; c’est le cas du pigeon.

I-3- Durée d’incubation

La durée d’incubation varie selon : l’espèce, la souche, les conditions physico-chimiques, la durée de conservation des œufs, l’âge des reproducteurs et les machines. La durée d’incubation chez les différentes espèces est donnée dans le tableau 1 ci-dessous.

Tableau 1 : Durée d’incubation de différentes espèces avicoles

Espèces avicoles

Durée d’incubation (en j)

Poule

Dinde

Pintade

Cane de Barbarie

Cane Commune

Oie

Faisan

Perdrix grise

Perdrix rouge

Caille

Pigeonne

Autruche

21

28

27

35

28

30

24

24

23

17

18

42

 

 

 

II- CONCEPTION DU COUVOIR

II-1- Objectif

L’objectif de l’incubation artificielle est d’obtenir le maximum d’œufs fertiles, le maximum de poussins éclos et le maximum de poussins commercialisables

II-2- Implantation

Le site d’implantation du couvoir doit se faire suffisamment loin et retiré des bâtiments d’élevage et de tout autres établissement avicoles (usine d’aliment, abattoir) et également doit être mis à l’abri des vents revenants des bâtiments polluants. La facilité d’accès est aussi un critère a ne pas perdre de vue.

II-3- Croquis

Le couvoir doit être divisé  en salles bien séparées, bien cloisonnées et bien étanches. Il renferme deux compartiments : un compartiment propre renferme les œufs et un compartiment sale renfermant les poussin. En fait, la salle d’incubation constitue la salle la plus propre et la salle d’éclosion la salle la plus sale. Il est recommandé que le couvoir dispose de plusieurs salles d’incubation et d’éclosion afin d’établir un vide sanitaire régulier et de gérer convenablement le planning de production. Les déchets  d’éclosion et les œufs clairs seront éliminés par des portes spéciales.

III- CONDUITE TECHNIQUE D’INCUBATION ET D’ÉCLOSION

III-1- Préparation des œufs à couver

Après la réception des œufs à couver en provenance des élevages de reproduction, les oeufs subissent plusieurs opérations relatives au triage, au traitement de lavage et désinfection et conditionnement.

III-1-1- Triage des œufs

Les critères sur lesquels on se base pour trier les œufs aptes à être incubés sont : le poids des œufs, la propreté, la forme, la qualité de la coquille et la couleur de la coquille.

a- Poids des œufs

Le poids minimum des œufs incubables chez les différentes espèces avicoles est de l’ordre de 60 pour la poule, 68grammes pour la dinde, 48grammes pour la pintade, 70grammes pour la cane et 15grammes pour la caille. Rappelons que le poids du poussin à l’éclosion est corrélé positivement au poids de l’œuf.

b- Propreté des oeufs

Les œufs présentant des taches de fientes ou autres taches impropres sont éliminés du processus d’incubation pour éviter les risques de contamination de l’embryon.

c- Forme des oeufs

L’œuf normal a une forme ovoïde avec un petit bout et un grand bout. Ainsi tous les œufs présentant des déformations : trop effilés, allongés bagués annelés sont écartés de l’incubation.

d- Qualité de la coquille

Les œufs cassés, poreux, fêlés, micro fêlés, fragiles et à coquille mince sont éliminés car ces défauts affecte la qualité interne de l’œuf et par conséquent la viabilité de l’embryon.

e- Couleur de la coquille

La coloration de la coquille est un caractère génétique qui ne préjuge en aucun cas la  qualité interne de l’œuf. Toutefois un œuf sain doit prendre la coloration reconnu de la souche élevée.

III-1-2- Traitement des œufs

Les différents traitements que subissent les œufs à couver se rapportent essentiellement aux opération de lavage et désinfection.

a- Lavage désinfection

L’intérêt du lavage est d’enlever la cuticule et toutes les impureté de la coquille et de tuer les germes qui se trouvent à la surface de la coquille et surtout à l’intérieur des pores. La méthode consiste à faire passer les œufs dans un tunnel ou ils sont aspergés avec différentes solutions selon les étapes suivantes :

·        Bain de lavage à l’aide d’un détergent à une température de 42°C,

·        Rinçage à l’eau à une température de 44 à 46°C,

·        Bain de désinfection à l’aide de l’ammonium quaternaire à une température de 48°C,

·        Séchage,

La durée de l’opération est en moyen d’une minute.

b- Lavage-trempage : Dipping

Le lavage trempage appelé aussi dipping est une opération qui consiste à faire pénétrer à l’intérieur de l’œuf une solution contenant un antibiotique qui a pour rôle de rompre le cycle de certaines maladies transmises  verticalement par l’œuf par exemples les mycoplasmes. La méthode peut être envisagée de deux façons :

·        Soit par différence de température : les œufs sont préchauffés à la température de l’incubation et qui sont ensuite trempés dans une solution froide. Par différence de température, les œufs se contractent et la solution est aspirée à travers les pores.

·        Soit par différence  de pression pendant 15 minutes.

Après égouttage, les œufs sont séchés et sont stockés ou mis en incubation le plus rapidement possibles.

III-1-3- Conditionnement des œufs

a- Paramètres de stockage

Les normes à respecter pour une bonne conservation des œufs à couver sont résumées dans le tableau 2 ci-dessous.

Tableau 5 : Normes de conservation des œufs à couver

Durée de stockage

0 à 4 jours

5 à 7 jours

 8 à 14 jours

Température (°C)

1 7- 18

16 - 17

14 - 16

Humidité relative (%)

80

85

85

Position

Pointe en bas

Pointe en bas

Pointe en haut

Mise en caisse

Non

Oui

Oui

 

b- Conséquence d’un stockage long 

Les conséquences d’un stockage long sont caractérisées par une baisse de la fertilité, une chute du taux d’éclosion (cf figure 1), une diminution des la qualité des poussins et une augmentation des coûts. En revanche, chaque jour de stockage entraîne un allongement de la durée d’incubation de 45 à 50 mn.

 

 q6
                                                      

Figure 1 : Effet de la durée de stockage des oeufs sue l’éclosabilité

III-2- Conduite de l’incubation

La mise en place des œufs dans la salle d’incubation nécessite le contrôle et la maîtrise des paramètres suivants : la position des œufs, la température, l’humidité, l’aération et le retournement.

III-2-1- Positionnement

Les œufs sont placés dans les incubateurs, la chambre à air en haut.

III-2-2- Température

a- Rôle

La température a pour but de déclencher et d’entretenir la multiplication des cellules de l’embryon. En effet, l’œuf à couver est endothermique au début de l’incubation les 9 premiers jours puis devient ensuite exothermique. En effet, un œuf de poule produit environs 30 calories au cour de l’incubation.

b- Normes

Les normes de température d’incubation recommandées pour les différentes espèces avicoles sont indiquées dans le tableau suivant.

Tableau 4 : Normes de température d’incubation

Espèces avicoles

Poule

dinde

pintade

Oie

Cane

Température d’incubation (°C)

37°75

37°6

37°5

37°6

37°4

 

c- Effet de non respect des normes

En dehors des normes une température d’incubation excessive ou insuffisante engendre des conséquences soulevées dans le tableau 5 ci-après.

Tableau 5 : Conséquence de non respect des normes

Température d’incubation (en °C)

Conséquences

 

 

Excès

37°95

Éclosion avancée, poussins plus petits.

38°

Mortalité embryonnaire élevée.

 

38°2

Incubation impossible, mort de tous les embryons entre la 20ème et la 48ème par éclatement des vaisseaux sanguins.

 

 

Insuffisance

37°7

Mortalité embryonnaire élevée, éclosion retardée de 3 à 4 heures

37°6

Taux de mortalité élevé, éclosion retardée de 6 à 8 heures, qualités du poussin atteintes       

37°4

Mortalité embryonnaire importante, éclosion retardée de 12 heures, poussin de 2ème choix.

   III-2-3- Humidité

a- Rôle

L’humidité à l’intérieur des incubateurs a pour rôle de faciliter l’éclosion et le bêchage, en plus elle influe sur le poids du poussin.

b- Normes

Pour les différentes espèces avicoles, la valeur de l’humidité relative d’incubation se situe entre 50 et 60 %.

c- Effet de non respect des normes

Une atmosphère Trop humide ou sec à l’intérieur des incubateurs entraîne les effets cités dans le tableau 6 ci-après.

Tableau 6 : Conséquence de non respect des normes

Excès

Insuffisance

-         Poussin plus gros, plus lourd

-         Abdomen gonflé,

-         Poussin moins vigoureux,

-         Pourcentage d’œufs bêchés non éclos plus important,

-         Risque d’omphalite,

-         Difficulté à l’éclosion,

-         Sujets déshydratés, plus petits,

-         Membranes coquillières plus sèches et collent à l’embryon,

-         Duvet plus court,

 

III-2-4- Aération

L’œuf à couver est un être vivant qui respire. Donc il aura besoin d’oxygène et élimine le gaz carbonique. En effet, le poussin consomme 7 grammes d’oxygène et produit 8 grammes de gaz carbonique. Les taux normaux dans les incubateurs sont de 21% pour l’oxygène t 0,3% pour le gaz carbonique.

III-2-5- Retournement

a- But

L’opération de retournement  a pour but d’éviter que l’embryon colle à la coquille, de diminuer les positions anormales de l’embryon et de permettre également une meilleure répartition de la chaleur sur toute la surface des œufs.

b- Modalité

Le retournement des œufs est une opération qui est réalisée sur un angle de 45°. Les œufs sont retournés automatiquement toutes les deux heures voir toutes les heures.

 

c- Effet du retournement sur le taux d’éclosion

l’effet du retournement sur le taux d’éclosion est donné dans le  tableau 7 ci dessous.

Tableau 7 : Effet du retournement sur le taux d’éclosion

 

Temps de retournement

Taux d’éclosion (%)

Pas de retournement

7 premiers jours

14 premiers jours

29

78

95

 

III-3- Transfert et mirage

III-3-1- Transfert

Le transfert est une opération qui consiste à faire passer les œufs de la salle d’incubation à la salle d’éclosion entre le 17ème  et le 19ème jour chez la poule, le 25ème jour chez la dinde et entre le 23ème et 24ème jour chez la pintade. Il conseillé que cette opération devra se réaliser avec beaucoup de précaution possible sans choc ni mécanique ni thermique pour ne pas perturber le bon déroulement de l’incubation.  Le mode de transfert peut être manuel ou automatique, mais ce dernier offre plusieurs avantages d’être plus rapide, permet un meilleur positionnement des œufs sur les casiers de l’éclosion, moins d’ennui pour le personnel et améliore le taux d’éclosion. Durant le transfert, on profite d’effectuer en même temps l’opération de mirage.

III-3-2- Mirage

a- Définition

Le mirage est une opération qui consiste à mirer les œufs à l’aide d’un appareil appelé mireuse ou mire œuf  afin de s’assurer de l’état de son contenue. Il peut être total ou partiel. Il est total  lorsque le taux d’œufs clairs dépasse les 5% et il est partiel lorsque ce taux est inférieur à 5%. Cette opération doit être réalisée le plus rapidement possible sans choc ni mécanique, ni thermique pour ne pas perturber  le bon déroulement de l’incubation.

b- But

L’opération de mirage est indispensable. L’objectif est de déceler les œufs clairs ; c’est à dire les œufs non fécondés mais également les mortalités embryonnaires précoces et les œufs pourris.

c- Intérêts

L’opération de mirage est réalisée pour les raisons suivantes :

   Économie de place dans les incubateurs et dans les éclosoirs,

   Faciliter le bon fonctionnement de l’incubation et de l’éclosion,

   Obtenir une meilleur qualité du poussin à l’éclosion,

   Assurer une meilleur gestion des déchets,

            d- Modalité

La mireuse est constituée d’une source lumineuse qui est dirigée vers les œufs. Par transparence, on observe l’évolution de l’embryon. Un premier mirage est réalisé le 6ème jour d’incubation pour éliminer les œufs non fécondés. Cette opération permet de faire un peu de place dans les incubateurs et surtout de calculer le pourcentage d’œufs fécondés pour agir éventuellement sur les élevages de reproduction ; en particulier les coqs si ce taux n’est pas satisfaisant.  A ce stade du développement, on voit nettement une petite tache sombre, qui est l’embryon, de laquelle partent des vaisseaux sanguins formant une toile d’araignée. Dans un œuf non fécondé, il n y a rien. Un deuxième mirage est effectué vers le 18ème jour d’incubation  pour éliminer les embryons morts. On les distingue des embryons vivants car ils sont immobiles et forment une masse compacte sans vaisseaux.

III-4- conduite de l’éclosion

Comme pour les salles d’incubation la mise en place des œufs dans la salle d’éclosion nécessite également le contrôle et la maîtrise des paramètres liés au positionnent des œufs,  aux conditions d’ambiance  mais sans retournement.

III-4-1- Position des œufs

Positionnés la pointe en bas (chambre à air en haut) dans les incubateurs, les œufs sont couchés et mis à plat dans les éclosoirs dans des caisses prévus à cet effet.

III-4-2- Température et humidité

Les normes de température et d’humidité dans l’éclosoir  recommandés pour les différentes espèces avicoles sont présentées dans la tableau 7 ci-après.

Tableau  8 : Normes de température et d’humidité dans l’éclosoir

Espèces avicoles

Température (en °C)

Humidité (%)

Poule

37°6

60% – 85% – 55% + séchage

Dinde

37°4

60% – 85% – 55% + séchage

Pintade

37°1

60% – 85% – 55% + séchage

Oie

37°1

100% + séchage

Cane

36°8 – 37°

68% – 90% – 76% + séchage

 

Pour les œufs de poule, les normes de température seront de 29°C au début de l’éclosion, 34°C à 50% de bêchage et ramenée à 30°C 12 heures avant la sortie des poussins. Pour l’humidité on préconise 55 à60% au début au début d’éclosion, 58% à 50% de bêchage et ramenée à 60% 12 heures avant la sortie des poussins.

III-5- Tri, interventions et conditionnement

III-5-1-  Triage des poussins

Après éclosion, les poussins sont triés sur la base des critères suivants :

·        Poids vif : le poussin quelle que soit l’espèce pèse en moyen 68 à 70% du poids de l’œuf. Ainsi, les poussins trop petits sont éliminés,

·        Vigueur : le poussin doit avoir des yeux bien vifs,

·        Duvet : il doit être sec, long, soyeux et homogène,

·        Aplombs : Le poussin doit se maintenir sur ses pattes de couleur rosée et brillantes,

·        Ombilic : il doit être bien cicatrisé, sans fil, sec et propre,

·        Abdomen : Il doit être souple et non gonflé,

·        Malformations : le poussin de qualité ne devra présenter des malformations au niveau des yeux, le bec, les pattes et les ailes,

III-5-2- Interventions

Après, le triage, plusieurs opérations sont pratiquées sur les poussins d’un jour. Ces interventions concernent particulièrement :

·        Sexage : cette opération se pratique pour les poussins type ponte et type reproduction. On se base sur l’éversion du cloaque, la coloration du plumage (reproducteur) et epmlumement à l’aile,

·        Vaccination : principalement la maladie de Marek et bronchite infectieuse,

·        Désailage : principalement pour la pintade et dindes,

·        Baguage : dans les unités de sélection et de  recherche,

·        Décaronculage : principalement pour le dindon reproducteur,

III-5-3- Conditionnement

IV- CONTRÔLE SANITAIRE ET HYGIÈNE DU COUVOIR

Le couvoir est un milieu idéal, très favorable aux développement et à la multiplication des germes microbiens (champignons, bactéries, virus..), car toutes les conditions propices : température (12 à 38°C), humidité (55 à 100%), les œufs, les poussins, les coquilles, les déchets, les poussières, les alvéoles à œufs, boites et caisse à poussins, le personnel , les machines. En effet, la qualité du poussin dépendra des conditions sanitaires de l’élevage et surtout de l’hygiène du couvoir. Ainsi, il est indispensable que le couvoir soit bien conçu et que l’on applique les mesures strictes d’hygiène.

IV-1 - Désinfection des œufs

La désinfection des œufs peut s’effectuer préalablement aux élevages de reproduction (la plus efficace) ou au couvoir dès la réception. Les doses appliquées sont de l’ordre de 40 ml de formol, 20 grammes de Permanganate de potassium (KmnO4) et 40 ml d’eau dans un m3 sous une température de 25 à 26°C et une humidité relative de 80 à 85% pendant 20 à 30 minutes. Dans les incubateurs la désinfection est proscrite entre la 24ème heure et la 96ème heures d’incubation car c’est la phase critique de l’incubation (installation du système nerveux central). Dans l’éclosoir, les œufs sont désinfectés par pulvérisation au formol avec des doses de  8ml/ m3  le premier jour, 13 ml / m3 le 2ème jour et 22 ml/ m3 le  3ème jour.

IV-2 - Désinfection des salles et machines

Les incubateurs et les éclosoirs sont nettoyés, dépoussiérés à l’aide de l’eau chaude additionnée d’un détergent, puis rinçage, désinfection suivie d’un vide sanitaire et fumigation. Les chariots, le matériel d’intervention, et autres équipement sont nettoyés et désinfectéS. Chaque jour, les véhicules de transport (œufs, poussins personnel) doivent être systématiquement nettoyés et désinfectés aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur sans oublier la cabine.

IV-3 – Personnel

La première condition à imposer aux personnels travaillant dans le couvoir est d’être indemne de toute maladie chronique ou aiguë. Chaque jour, le personnel du couvoir est obligé de prendre une douche à chaque entrée et à chaque sortie. Ils doivent également porter un tenu réservé à cet effet.

V- CALCUL DES CRITERES TECHNICO-ECONOMIQUES

Pour chaque lot d’œufs mis en incubation et arrive à l’éclosion on doit calculer les critères technico–économique dans le but de détecter les anomalies et de redresser la situation éventuellement en cas de problème. Les seuils des  critères à calculer  sont :

  Taux d’œufs non fertiles < 5%

  Mortalité embryonnaire <7,3%

  Poussins non commercialisables< 0,5%

  Taux d’éclosion > 87%

 

AZEROUL Embarek Ingenieur-enseignant de l'institut royal des techniciens spécialisés en élevage Fourat-  Kenitra