avi
Votre référence en élevage avicole
line decor
  
line decor
 
 
 
 


Sale temps pour le secteur avicole

 

L'Economiste du 14/03/2011

De vives inquiétudes auprès des aviculteurs. «La filière traverse une crise», selon l’association des producteurs de volaille (APV). Aux yeux de Khair Eddine Soussi, président de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (Fisa), plusieurs facteurs expliquent cette situation.
«L’offre de poulets de chair est excédentaire sur le marché». En clair, les opérateurs déplorent un phénomène de surproduction qui s’installe depuis plusieurs semaines. Face à cette situation, les prix du poulet vif à la ferme ne cessent de baisser. «Depuis un mois et demi, ils sont passés de 13,50 DH à une fourchette qui oscille entre 12 et 12,50 DH», indique Khair Eddine Soussi. Or, selon certains éleveurs, le prix de revient de poulet vif à la ferme est de 13,50 DH.
Du coup, le différentiel entre le prix de revient et le prix de vente est assumé par les éleveurs. Eleveurs qui, selon la Fisa, sont en situation de perte 10 mois sur 12. Par ailleurs, cette baisse de prix intervient dans un contexte de hausse des prix des matières premières. «Or, le maïs et le soja représentent 60% des matières premières utilisées dans l’aliment de volaille», précise Youness Ghmirou, technicien spécialisé en élevage et éleveur. Par conséquent, leur hausse explique en grande partie les surcoûts à la production et à la vente. Pour Khair Eddine Soussi, la tendance haussière des matières premières risque de s’installer dans la durée.
L’association des producteurs de volaille prévoit «une crise du secteur à plus ou moins long terme». De ce fait, les producteurs viennent de saisir le département de l’Agriculture. Objectif: l’application de la loi 49/99. Cette loi est relative à la protection sanitaire des élevages avicoles, au contrôle de la production et la commercialisation des produits avicoles. En 2010, le secteur avicole a pesé près de 21,1 milliards de DH. La production, quant à elle, s’est élevée à 440.000 tonnes de viandes de volaille, ce qui couvre 100% des besoins en viande blanche. Ce chiffre représente 55% de la consommation totale, toutes viandes confondues. De plus, ce sont 3,1 milliards d’œufs de consommation qui ont été produits en 2009. D’autre part, entre 1980 et 2010, la consommation des viandes de volaille a connu une forte augmentation. Elle est passée de 5,5 kg/an/habitant à 17,2 kg, soit une hausse de plus de 212%. Par ailleurs, ces 20 dernières années, le secteur avicole a connu un développement soutenu. Il a généré environ 98.000 emplois directs et 225.000 indirects dans les circuits de commercialisation et de distribution. Les investissements cumulés consentis dans ce secteur sont évalués à 8,7 milliards de DH.

Z.S.

 

   

AVICULTURE AU MAROC  Copyright 2006-2011 tous droits réservés. Avi-Consulting. ghmirou@yahoo.fr  +212 672 62 23 55